• Le 4ème lauréat du Prix du Livre Pourpre est ...

    Sophie Van der Linden

     pour

    La Fabrique du monde

     

    Le 4ème lauréat du Prix du Livre Pourpre est ...

     

    Samedi 8 mars, dans le caveau de la Maison des Vins à Bergerac,  à l'issue du dépouillement de plus de 80 bulletins de vote, Sophie Van Der Linden a remporté le Prix du Livre Pourpre 2014. L'auteur sera contactée très prochainement pour en  être informée et pour être invitée à un week-end de découvertes et de rencontres  en Périgord Pourpre au mois de mai. Nous lui transmettrons nos félicitations et notre impatience de la rencontrer ...

    Deux autres romans ont été plébiscités : "N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures", et "Les voyages de Daniel Ascher."

    Et en attendant de revoir les lecteurs-participants autour de l'écrivain, l'association remercie tous ces aventuriers qui font, chaque année, le succès de ce prix ! Car à chaque édition, toujours le plaisir de se retrouver autour des livres, la même excitation de vous présenter 6 ouvrages de jeunes talents, le même challenge de lecture partagé pendant les mois d'hiver, et toujours de très beaux moments de convivialité. Merci donc à tous, lecteurs, mais également libraires : La Colline, Le Forum, Montaigne; Grain de Lire, bibliothécaires des bibliothèques de Bergerac, Lalinde, La Force, Prigonrieux, St Pierre d'Eyraud, Sigoulès, Issigeac, Cours-de Pile, la région Aquitaine, la Ville de Bergerac, le CIVRB,  et tous nos autres partenaires.


  • Commentaires

    1
    rotko
    Jeudi 20 Mars 2014 à 17:45

    La fabrique du monde, Sophie Van der Linden, chez Buchet Chastel. 155 p.

    Mei, narratrice de dix-sept ans, travaille dans une usine chinoise de textiles, sous l’emprise des slogans  politiques et des impératifs de productivité. C’est la monnaie en cours, qu’il est bon de connaître. Naïve, elle l’est sans doute, comme on l’est à cet âge, et dans ce contexte, avec pourtant des coups de colère qui ressemblent à un sursaut de conscience instinctif. 

    Elle a aussi des parents qu’elle aimerait revoir, des amies avec lesquelles partager des envies ou des émotions. Trop sérieuse pour ses dix-sept ans, ne prend-elle pas pour argent comptant  un  flirt né dans ce contexte où elle reste à vie une subalterne dont on use et abuse ?

    Le lecteur, comme les enfants dans un spectacle, aurait envie de lui crier « prends garde ! », lui qui voit par-dessus son épaule…

    Les épisodes sont rapides, ce qui laisse entendre que Sophie Van Linden écrit encore dans le secteur jeunesse, où elle a acquis une certaine notoriété. 

    N’empêche ! Le tout est sobre, et on suit avec intérêt cette initiation à un monde cruel. Deux phrases marquent cette lecture :

    «  c’est fini », et « je me dresse », mal comprises au premier abord, elles prennent tout leur sens dans cette histoire.

     

    2
    Vendredi 21 Mars 2014 à 19:45

    Rotko, vous faites une très belle description de ce livre. Merci pour votre participation.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :